DEBUSSY Nocturnes, La Mer,Jeux / Boulez 4398962

[Boulez:] Attentif comme peu d'autres ŕ la transparence, au dosage et surtout ŕ la fluidité des transition, il révolutionna notre écoute de "La Mer". . . . on préféra (pour une fois) son remake de Cleveland, une des références de l'ouvrage. [Abbado:] L'interprétation . . . est venue se placer en tęte de la discographie. Une vision solaire, qui radiographie la partition comme aucune autre et bénéficie d'une prise de son exceptionnelle : on entend tout ! Et on l'entend ŕ la fois comme une Peinture abstraite, un foisonnement de détails pointillistes, ŕ la limite de l'expérimental, mais aussi comme un mouvement irrésistible, qui avance constamment. On a peine ŕ croire qu'il s'agit d'un concert, tant la moindre intervention soliste est la perfection męme.