BRAHMS Deutsches Requiem Karajan DVD-VID 0734398

. . . rich, turbocharged orchestral playing . . .

. . . much to admire and even love here: the relatively swift outer movements, the genuinely awe-ful "Marschmässig" at the start of "Denn alles Fleisch", and the genteel, beneficent relaxation of its interlude, like peasants by Poussin -- and you could feel the character of text, sound and interpretation even with the sound off, just as Karajan's hands build, mould and then smother a conflagration on the same movement's final chord . . . José Van Dam is . . . perfect for the minatory dialogue between timpani and horns and its subsequent, syncopated fragmentation . . . this is a loving document of a work, time and place.

Enregistré ou plutôt immortalisé, tant cette poignante messe pour les vivants et les morts a traversé trois décennies sans prendre une ride . . . Des choristes sans partition composant une foręt humaine que rien ne peut égarer, et qu'anime la direction attentive, amicale, amoureuse presque, du chef. Cette consistance . . . cette tenue dans les fugues emportent l'adhésion. José Van Dam, en pleine possession de ses moyens, au style sobre mais éloquent, appelle maints éloges . . . En ce printemps 1978, la collaboration entre Karajan et les Berliner Philharmoniker atteint un degré d'accomplissement exceptionnel, l'orchestre prolongeant sans ciller ce bras souverain et toujours souple. Chacun, ici, semble travailler ŕ la réalisation du projet musical du chef: cette vie, cette profondeur de vue, ce sens inné du drame, cette conception unifiée qui n'interdit pas un luxe de détails constituent un moment rare.