DONIZETTI La Favorite / Garanca 0735358

. . . Elina Garanca étonne par son phrasé naturel et sa profondeur de vrai grande actrice, de surcroit affublée de couleurs vocales de grande séduction. D'ailleurs cette profondeur et cette épaisseur dramatique trouvent dans la direction de Chichon un soutien idéal, lequel aime visiblement à colorer la soie tragique de la partition, aux maintes beautés mélodiques. Le roi Alphonse XI trouve en Mariusz Kwiecien, une belle autorité virile . . . La vraie vedette de la soirée munichoise reste le mezzo sauve et grave de l'immense Elina Garanca. Convaincante incarnation.

. . . Elina Garanca étonne par son phrasé naturel et sa profondeur de vrai grande actrice, de surcroit affublée de couleurs vocales de grande séduction. D'ailleurs cette profondeur et cette épaisseur dramatique trouvent dans la direction de Chichon un soutien idéal, lequel aime visiblement à colorer la soie tragique de la partition, aux maintes beautés mélodiques. Le roi Alphonse XI trouve en Mariusz Kwiecien, une belle autorité virile . . . La vraie vedette de la soirée munichoise reste le mezzo sauve et grave de l'immense Elina Garanca. Convaincante incarnation.

La mise en scène d'Amélie Niermeyer s'impose par de solides qualités dramatiques . . . Musicalement, l'oreille est gâtée par quelques timbres somptueux . . . Elina Garanca joue des charmes capiteux de sa voix . . . [Matthew Polenzani présente] un francais impeccable, et une belle voix claire qui atteint sans difficulté les aigus de Fernand . . . [Elsa Benoît] arrache Inès à la cohorte des sopranos pépiantes pour en faire un vrai personnage, grâce à une voix plus corsée que les coloratures n'en offrent en général. Dans la fosse, Karel Mark Chichon dirige la partition de Donizetti comme elle le mérite, avec tout le sérieux justifié par l'ambition de ce quasi grand opéra à la francaise . . . [on entend] la noblesse dans la musique, dans les sonorités soyeuses d'un orchestre en grande forme.