WAGNER Siegfried Morris Voigt Luisi Blu-ray 0734854

. . . the musical side is so strong . . . the principals are superb . . . Bryn Terfel [displays] commanding tone and rough-hewn sensitivity . . . Jay Hunter Morris's stand-in Siegfried is a discovery, a handsome, extrovert giant. His tone is sinewy and adequate . . . Fabio Luisi's readings are smoothly powerful . . .

. . . le baryton-basse s'avère à nouveau un des ciments fondamentaux pour la continuité artistique du Ring. Pour l'occasion, son aspect, comme son personnage, évoluent : délaissant l'armure assez conventionnelle d'un dieu pour une tenue reflétant significativement l'homme qui voyage, Bryn Terfel nous impressionne toujours autant. L'évolution physique du rôle accompagne celle non moins importante de sa psychologie, et le chanteur parvient à faire parfaitement ressentir la lassitude et le lent déclin de celui dont la lance symbole de pouvoir sera brisée net par Siegfried. Son chant accompagne ces vicissitudes, mais parle aussi de luttes, de domination et de gloire. Sa manière d'expliciter par la voix ces transformations importantes pour l'expression du rôle mérite les plus grands éloges . . . Gerhard Siegel évite cet écueil et dose parfaitement une gestique qui reflète idéalement les travers du frère d'Alberich. Suant, ricanant, bourré de tics, la scène des six épreuves avec Wotan (deux fois trois, comme le veut la symbolique de ce chiffre) est un grand moment de théâtre . . . tout cela sonne si juste que les mots avalés ou les phrases savonnées trouvent à chaque moment leur raison d'être. . . . Quant à l'oiseau de Mojca Erdmann, il se montre parfait dans sa légèreté et sa virtuosité volatile . . . Les transitions entre les scènes ou les actes sont toujours particulièrement réussies et certains effets tridimensionnels apportent par moment un plus non négligeable . . . Images: La définition pointue s'invite à chaque image et permet de faire ressortir la richesse des zones sombres . . . Les éclairages des chanteurs sont parfaitement rendus, de même que le pseudo-effet relief (l'oiseau, la source etc.) créé par le metteur en scène pour cet opus du Ring. Un must ! Son: La piste stéréo, ouverte et dynamique, diffuse un parfait équilibre entre les voix solistes et la masse orchestrale. Les harmoniques sont suffisamment riches pour apporter un réalisme très plaisant à l'audition. La puissance est en outre assez remarquable pour un mixage sur 2 canaux. La piste 5.1 apporte un réalisme bien supérieur à l'ensemble et constitue le meilleur parti pour une immersion sonore de qualité. La scène avant s'anime avec un jaillissement des voix parfaitement réaliste au devant d'un orchestre dont les fabuleuses sonorités se déploient en largeur mais aussi en profondeur. L'intégration du caisson de graves apporte un soutien capital à l'orchestration wagnérienne. Les enceintes surround mixées avec retenue parviennent toutefois à installer une acoustique de salle qui garantit une écoute optimale. Soit un nouveau sans-faute pour ce troisième opus du Ring au Met ! Note technique : 10/10.