SCHUBERT, SCHUMANN  / Pollini

Share

FRANZ SCHUBERT
Wanderer-Fantasie D 760

ROBERT SCHUMANN
Fantasie C-dur · in C major op. 17
Maurizio Pollini
Int. Release 02 Jan. 1996
1 CD / Download
0289 447 4512 2 CD ADD GOR
The Originals


Lista de temas

Franz Schubert (1797 - 1828)
Fantasy in C Major "Wanderer"

Robert Schumann (1810 - 1856)
Fantasie in C, Op.17

Maurizio Pollini

Tiempo total de reproducción 52:32

Pollini is a wanderer in a transparent ether or crystalline light and both of these legendary performances, recorded in 1973, are of transcendental vision and integrity. In the Schubert his magisterial, resolutely un-virtuoso approach allows everything its time and place. Listen to his flawlessly graded triple piano approach to the central Adagio, or to the way the decorations in the Adagio are spun off with such rare finesse, and you may well wonder when you have heard playing of such unadorned, unalloyed glory. -- Pollini's Schumann is no less memorable, so sensitively and precisely gauged that all possible criticism is silenced. Pollini takes us gently but firmly to the shores of Elysium. -- The recordings have been beautifully remastered. Here is a record that should grace every musician's shelf.

A performance of real Romantic power, flawlessly projected by the imcomparable Maurizio Pollini.

. . . Kempff en donnera une presque intégrale, célèbre . . . elle demeure quarante ans après, avec ses couleurs automnales, un exemple de poésie sonore . . . Pollini, qui est l'un des premiers à donner ensemble les trois dernières sonates au concert, grave une "Wanderer Fantaisie" inégalée, et une Sonate en la mineur d'une tension insoutenable . . . La renaissance du lied schubertien fut le fait de quelques maîtres. Parmi leurs témoignages, on mettra au plus haut ce qui peut être également une initiation: les lieder d'après Goethe par Fischer-Dieskau, avec Gerald Moore. Les grands classiques schubertiens y sont, en des interprétations d'exception . . . Un nouveau visage est apparu, qu'il faut absolument connaître: la version d'Abbado tient le monopole . . . Ensuite la "Messe en mi bémol majeur", dont la rhétorique rococo est magnifiée par Claudio Abbado . . . "La Truite" a été beaucoup enregistrée: Gilels et les Amadeus sont d'autant plus immortels que couplés avec . . . "Jeune Fille et la Mort" . . . Abbado (avec le Chamber Orchestra of Europe, DG) séduit par sa juvénilité dans les premier opus . . . les plus grands interprètes de l'"Inachevée" sont Giulini / Chicago (DG), le très surprenant Carlos Kleiber (DG) et, pour "La Grande", Böhm à Dresde en CD ou à Vienne en DVD (DG) . . . "Rosamunde" et les Ouvertures ont trouvé en Abbado (DG) un bras souple et léger, ce qu'i n'est pas une raison pour enterrer l'excellent Fritz Lehmann, disponible à prix doux.