Le legs discographique de Claudio Abbado chez Deutsche Grammophon


Deutsche Grammophon se réjouit de pouvoir annoncer, au moment où le monde musical porte le deuil de Claudio Abbado, l’un des plus grands chefs d’orchestre et des plus fascinants musiciens de notre époque, que la parution de l’un de ses derniers enregistrements aura lieu comme prévu en février. Sur ce disque, qui fait désormais figure d’hommage à cet artiste irremplaçable, Abbado a pour partenaires Martha Argerich et les musiciens triés sur le volet de son superbe Orchestra Mozart, avec lesquels il interprète deux des plus beaux concertos pour piano de Mozart, enregistrés au Festival de Lucerne 2013 : le no 25 en ut majeur et le no 20 en mineur.

Ce disque prend une signification supplémentaire dans la mesure où un cercle se referme avec lui : le jeune Claudio Abbado avait aussi Martha Argerich pour partenaire dans le premier enregistrement qu’il fit pour Deutsche Grammophon, il y a presque cinquante ans. Et il s’agissait aussi pour la pianiste de son premier disque de concertos pour le Label jaune, un programme Prokofiev/Ravel avec le Philharmonique de Berlin qui devint immédiatement une référence. Il l’est resté à ce jour, n’ayant jamais quitté les bacs des disquaires. Gageons que le nouveau disque Mozart du duo Abbado/Argerich deviendra à son tour une référence du catalogue DG.

Prenant la parole pour Deutsche Grammophon, Sid McLauchlan, ingénieur du son maison qui a travaillé étroitement avec Abbado durant ces vingt-cinq dernières années, et ce faisant, a pu apprécier non seulement la vision musicale et l’enthousiasme du chef, mais aussi sa chaleur, son humanité, et la solidité de leur amitié, explique : « En gardiens que nous sommes du legs discographique de Claudio Abbado, l’un des plus riches et des plus vastes de l’histoire du disque, tous chefs d’orchestre confondus, nous sommes bien conscients de notre responsabilité et nous ferons tout pour être à la hauteur de la confiance qu’il a placée en nous. L’enregistrement des concertos de Mozart qu’il a dirigés à Lucerne en mars 2013 avec Martha Argerich et son Orchestra Mozart, et qui va sortir prochainement, n’est pas le dernier  ; plusieurs autres interprétations attendent d’être publiées car ce chef exceptionnel allait toujours de l’avant, planifiait de nouveaux projets, découvrait ou redécouvrait des œuvres. Endeuillés par sa disparition, nous nous réjouissons cependant de pouvoir continuer à préserver et publier les grandes interprétations de ce musicien incomparable. »

Deutsche Grammophon va immédiatement mettre en œuvre ces bonnes intentions : d’ici la fin du mois reviendra au catalogue le double CD intitulé Berlin Album, sorti en 2002. Il s’agit de l’une des rares compilations ayant eu le feu vert d’Abbado, un vaste florilège de pages célèbres donnant un excellent aperçu de sa longue période à la tête du Philharmonique de Berlin.

En juin sortiront quatre coffrets consacrés à quatre compositeurs qui avaient été à l’honneur dans la Claudio Abbado Symphony Edition publiée en 2013 à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire du chef italien. Le coffret Mozart (8 CD) réunira pour la première fois les enregistrements des symphonies et des concertos pour violon et pour vents avec l’Orchestra Mozart ; le Bruckner renfermera l’éloquente Première Symphonie de Lucerne ; le Mahler proposera pour la première fois le cycle avec le Philharmonique de Berlin en un seul coffret ; le Brahms reprendra l’intégrale des symphonies, qui demeure la version recommandée par les critiques.

D’autres trésors discographiques suivront, notamment un concert jusqu’ici inédit. Des informations détaillées sur ces nouveautés seront données prochainement.


Share