Avi Avital – Biographie

Nominé aux cinquante-troisième Grammy Awards, le virtuose de la mandoline Avi Avital a été loué par le New York Times pour sa « sensibilité exquise » et sa « vélocité étonnante », tandis que le quotidien israélien Haaretz a entendu dans son jeu « tout ce que vous n’aviez jamais pensé qu’une mandoline pouvait produire … d’une virtuosité et d’une passion à vous couper le souffle ».

Avi Avital naît en 1978 à Beer-Sheva, dans le sud d’Israël. Il prend ses premières leçons de mandoline à huit ans et ne tarde pas à rejoindre le florissant orchestre de mandolines (un orchestre de jeunes) fondé et dirigé par son professeur charismatique, le violoniste d’origine russe Simcha Nathanson. Il suit les cours de l’Académie de musique de Jérusalem puis part se perfectionner en Italie, au Conservatoire Cesare Pollini de Padoue, avec Ugo Orlandi, « un vrai professeur de mandoline avec lequel j’ai travaillé le répertoire original de la mandoline, et pas les transcriptions de partitions pour violon dont j’avais fait ma spécialité jusque-là ».

Trouvant cette musique « certes belle, mais plutôt limitée », il traverse ce qu’il décrit lui-même comme une sorte de crise d’identité : il doit admettre que la musique qu’il adore jouer par dessus tout n’est pas nécessairement celle écrite pour son instrument. Il finit cependant par trouver son chemin : « L’un de mes objectifs est de redéfinir la mandoline et de développer son répertoire », explique-t-il. En 2007, il devient le premier joueur de mandoline à remporter le prestigieux Concours Aviv de l’America-Israel Cultural Foundation.

L’accueil du public est enthousiaste dans les grandes salles de concert où il se produit : au Wigmore Hall de Londres, à la Philharmonie de Berlin, au Konzerthaus de Vienne, au KKL de Lucerne, au Carnegie Hall et au Lincoln Center de New York, à la Cité interdite de Pékin, ainsi qu’aux festivals de Tanglewood, Spoleto et Ravenne. Il joue régulièrement avec le clarinettiste Giora Feidman (son mentor), la soprano Dawn Upshaw et le trompettiste compositeur Frank London.

En 2014, il fait une tournée en Australie avec l’Australian Brandenburg Orchestra, il donne des concerts avec le Venice Baroque Orchestra en Croatie, en Italie et au Mexique, il se produit à Berlin, Paris et en Pologne, et il donne de nombreux récitals à travers l’Europe, les États-Unis et le Canada.

À son programme 2015 figure une tournée Vivaldi en Amérique du Nord avec le Venice Baroque Orchestra ; des concerts avec I Musici di Roma en Allemagne, avec la Cologne Academy en Chine, avec l’Orchestre symphonique de Hambourg, l’Israel Camerata, le Mahler Chamber Orchestra, l’Orchestre de chambre de Lithuanie, l’Amadeus Chamber Orchestra, le Freiburger Barockorchester et le Quatuor Danois ; des récitals avec Mahan Esfahani, Andreas Scholl et Richard Galliano ; des récitals centrés sur son album Between Worlds à Taïwan, au Royaume-Uni, en Irlande, Allemagne, Suisse, Italie et au Brésil ; et d’autres récitals aux festivals de Verbier, Salisbury, Torgau, et aux Bristol Proms.

Avi Avital a fait de nombreux disques dans les genres plus divers : klezmer, musique baroque, musique contemporaine. Son CD de 2008 avec le trio du clarinettiste David Orlowsky est récompensé par le prestigieux prix allemand ECHO. En 2010, son enregistrement du Concerto pour mandoline de Avner Dorman avec Andrew Cyr et l’Ensemble Metropolis lui vaut de devenir le premier joueur de mandoline à être nominé aux Grammy Awards dans la catégorie « Meilleur instrumentiste soliste ».

En 2012, il signe un contrat exclusif avec Deutsche Grammophon. Sur son premier disque DG figurent ses propres transcriptions pour mandoline et orchestre de concertos de Bach pour clavecin et violon. L’album suivant, Between Worlds, sort en 2014. C’est un tour du monde défiant les frontières de genre où se mêlent Dvořák, Bloch, Villa-Lobos, Piazzolla, des danses folkloriques bulgares, roumaines, géorgiennes, espagnoles et cubaines. Y figure une ribambelle d’interprètes parmi lesquels l’accordéoniste Richard Galliano, le clarinettiste Giora Feidman et la harpiste Catrin Finch. Dans son dernier enregistrement, où il est accompagné par le Venice Baroque Orchestra, Avital recrée les sonorités de Venise en un saisissant hommage à Antonio Vivaldi dont il interprète quatre concertos populaires. Ce disque, qui sortira en mars 2015, comprend également des chansons de gondolier, où Avital accompagne le ténor Juan Diego Flórez, et une sonate en trio de Vivaldi avec la luthiste Ophira Zakai et le claveciniste Mahan Esfahani.

2/2015

Share