Daniel Barenboim – Biographie

Daniel Barenboim, l’une des grandes figures musicales de notre temps, est né à Buenos Aires de parents d’origine juive et russe. Il commence à prendre des leçons de piano avec sa mère à l’âge de cinq ans, poursuit ses études musicales avec son père et donne son premier concert officiel à Buenos Aires à sept ans. En 1952, la famille émigre en Israël, et deux ans plus tard ses parents emmènent Daniel à Salzbourg suivre les cours de direction de Markevitch. En 1955 et 1956, il étudie l’harmonie et la composition avec Nadia Boulanger à Paris. 

Après ses débuts à Vienne et à Rome en 1952, il se fait bientôt connaître comme l’un des pianistes les plus talentueux de sa génération. Ce sont ensuite des débuts importants à Paris (1955), Londres (1956) et New York (1957), où il joue avec Leopold Stokowski. Sa carrière discographique commence en 1954. Dans les années 1960, il grave les concertos de Beethoven avec Otto Klemperer, les concertos de Brahms avec Sir John Barbirolli, et, à la fois comme pianiste et comme chef, tous les concertos de Mozart avec l’English Chamber Orchestra. Toujours actif comme chambriste, il joue très souvent avec son épouse aujourd’hui disparue, la violoncelliste Jacqueline du Pré, et les violonistes Itzhak Perlman et Pinchas Zukerman. En récital de mélodies, il accompagne des artistes comme Dietrich Fischer-Dieskau, Dame Janet Baker, Thomas Quasthoff, Anna Netrebko, Jonas Kaufmann et Magdalena Kožená.

A partir du milieu des années 1960, Barenboim décide de consacrer plus de temps à la direction. De 1975 à 1989, il est directeur musical de l’Orchestre de Paris, avec lequel il donne souvent des œuvres contemporaines de compositeurs comme Lutosławski, Berio, Boulez, Henze, Dutilleux et Takemitsu. Il fait ses débuts lyriques en 1973 au Festival d’Edimbourg, et se produit pour la première fois au Festival de Bayreuth en 1981, où au cours de dix-huit été consécutifs il dirige Tristan und Isolde, le Ring, Parsifal et Die Meistersinger. En 1991, il succède à Solti en tant que directeur musical de l’Orchestre symphonique de Chicago, dont il est nommé « chef honoraire à vie » en 2006. En 1992, il devient directeur musical du Staatsoper de Berlin, et, en 2000, la Staatskapelle de Berlin le nomme « chef principal à vie ». Il se produit régulièrement aussi avec le Philharmonique de Berlin et le Philharmonique de Vienne, dont il a dirigé le Concert du Nouvel An en 2014. 

En 1999, avec le regretté Edward Said, écrivain d’origine palestinienne, professeur à Columbia University, Barenboim fonde l’atelier et l’orchestre du West-Eastern Divan, qui réunit de jeunes musiciens talentueux d’Egypte, de Syrie, du Liban, de Jordanie, de Tunisie et d’Israël pour faire de la musique sous la tutelle de certains des meilleurs interprètes au monde. L’atelier cherche à favoriser le dialogue entre les diverses cultures du Moyen-Orient et à promouvoir la pratique musicale commune. Au cours de l’été 2005, le West-Eastern Divan Orchestra a présenté un concert historique dans la ville palestinienne de Ramallah, retransmis à la télévision et enregistré en DVD. Au cours de l’été 2013, l’orchestre et Barenboim font une tournée en Europe, se produisant à Lucerne et à Salzbourg, entre autres festivals majeurs, et à la Waldbühne de Berlin. Au cours de l’été 2014, ils donneront des concerts au Teatro Colón de Buenos Aires, ainsi qu’aux Festivals de Salzbourg et de Lucerne, avec notamment Tristan und Isolde en version de concert. Les musiciens de la Staatskapelle de Berlin participent comme professeurs à ce projet depuis le début. Barenboim a également lancé un projet pour la formation musicale dans les territoires palestiniens, qui comprend un jardin d’enfants musical ainsi qu’un orchestre de jeunes. 

En 2007, Barenboim noue une étroite relation avec le Teatro alla Scala de Milan, où il dirige des opéras et des concerts, outre qu’il joue de la musique de chambre. En 2011, il est nommé directeur musical de la légendaire institution milanaise. A Milan et à Berlin, à partir de 2010, il dirige la nouvelle mise en scène du Ring de Guy Cassier (il dirige aussi le cycle complet avec la Staatskapelle de Berlin aux BBC Proms 2013 à l’Albert Hall de Londres). Avec l’Orchestre philharmonique de La Scala, il a interprété le Requiem de Verdi à Milan et en tournée aux festivals de Lucerne et de Salzbourg, et à la Philharmonie de Berlin, ainsi qu’au Bolchoï à Moscou, où il a également dirigé Don Giovanni avec les musiciens de La Scala. 

En 2013-2014, Barenboim donne aussi des concerts avec la Staatskapelle de Berlin à Berlin, Saint-Pétersbourg, Dresde, Vienne, Istanbul, au Festival Enesco de Bucarest et en Arménie; l’opéra La Fiancée du tsar de Rimski-Korsakov à La Scala et à Berlin, Così fan tutte à La Scala; et Wozzeck, Don Giovanni, Il trovatore, Simon Boccanegra et Tannhäuser à Berlin. En soliste, il joue le Premier Concerto pour piano de Brahms avec Sir Simon Rattle et le Philharmonique de Berlin, et le Deuxième avec Zubin Mehta et la Staatskapelle de Berlin, outre des récitals à travers l’Allemagne ainsi qu’à Milan et à Majorque. 

Pour ses efforts en vue de la réconciliation au Moyen-Orient ainsi que pour ses réalisations musicales, Barenboim a reçu de nombreux prix et distinctions, dont le titre de grand officier de la Légion d’honneur en France et celui de chevalier de l’Empire britannique (KBE), la croix de grand officier de l’Ordre du mérite de la République fédérale d’Allemagne, le prix prince des Asturies d’Espagne (avec Edward Said), le « Praemium imperiale » pour l’art et la culture du Japon, le prix des arts de la Fondation Wolf en Israël, le prix de la tolérance de l’Evangelische Akademie, la médaille Buber-Rosenzweig, le prix Willy Brandt, le prix musical Ernst von Siemens et le prix musical Herbert von Karajan.

Les livres de Barenboim comprennent son autobiographie A Life in Music (également publiée en français (Une vie en musique), en allemand et en espagnol), Parallels and Paradoxes (avec Edward Said, également en français (Parallèles et Paradoxes)), Music Quickens Time (également en français (La musique éveille le temps), en italien, en allemand et en espagnol), An Orchestra Beyond Borders: Voices of the West-Eastern Divan Orchestra (avec Elena Cheah), Dialogue sur la musique et le théâtre: Tristan et Isolde (avec Patrice Chéreau; également en italien) et La musica è un tutto (également en français (La musique est un tout)).

Daniel Barenboim a commencé son étroite collaboration avec Deutsche Grammophon en 1972. Ses nombreux enregistrements pour le Label Jaune permettent de l’entendre à la baguette dans des œuvres orchestrales (de compositeurs comme Berlioz, Bruckner, Debussy, Elgar, Hindemith, Ravel, Saint-Saëns, Schumann, Tchaïkovski et Wagner) et lyriques (Cimarosa, Massenet, Saint-Saëns, Tchaïkovski et Wagner), et au piano dans des concertos (Beethoven et Berg), la musique de chambre (Brahms et Mozart), des récitals de mélodies (avec Dietrich Fischer-Dieskau, Christa Ludwig, Jessye Norman, Anna Netrebko et Thomas Quasthoff) et le répertoire soliste (Beethoven, Chopin, Mendelssohn et Schubert). 

En 2010, Daniel Barenboim a signé un nouveau contrat important avec Decca/Deutsche Grammophon. Les parutions DG aux termes du nouvel accord comprennent à ce jour la Septième Symphonie de Bruckner (avec la Staatskapelle de Berlin), les Concertos de Chopin (avec Andris Nelsons à la tête de la Staatskapelle de Berlin), les Concertos de Liszt (avec Pierre Boulez et la Staatskapelle de Berlin) et le « Récital de Varsovie » (Chopin). Decca a fait paraître la Symphonie «Pathétique» de Tchaïkovski et les Variations pour orchestre de Schoenberg (avec le West-Eastern Divan Orchestra), ainsi qu’un vaste projet intitulé «Beethoven for All», comprenant les neuf symphonies, avec Barenboim à la tête du West-Eastern Divan Orchestra, publiées en juin 2012, suivies en août d’un nouveau coffret contenant les cinq concertos pour piano, avec Barenboim au clavier et à la tête de la Staatskapelle de Berlin, et en octobre de l’intégrale des sonates pour piano. Les parutions audio en 2013 comprennent la Symphonie fantastique de Berlioz et Les Préludes de Liszt avec le West-Eastern Divan Orchestra et le Requiem de Verdi de La Scala (également en DVD et en Blu-ray); les parutions vidéo comprennent le concert du soixante-dixième anniversaire de Barenboim à la Philharmonie de Berlin et les neuf symphonies de Beethoven avec le West-Eastern Divan Orchestra enregistrées live aux BBC Proms 2012. En prévision pour 2014: sortie en audio de l’intégrale des sonates pour piano de Schubert et de la Deuxième Symphonie d’Elgar avec la Staatskapelle de Berlin; et parution en DVD de Lulu de Berg enregistré au Schillertheater de Berlin.

3/2014

Share