HOROWITZ IN MOSCOW 4194992

. . . [Horowitz] travailla avec acharnement pour se reconstruire musicalement, et le résultat fut ce prodigieux récital capté, à mon insistance, sur le vif par Deutsche Grammophon. La plupart de ces pièces avaient déjà été gravées en studio quelques années plus tôt, mail il était de ceux que la recherche de la perfection inhibe devant les micros, et dont la spontanéité fait des miracles en scène.