UNE ENTENTE PARFAITE
Au mois de mai prochain, Anne-Sophie Mutter et Lambert Orkis fêteront le vingt-cinquième anniversaire de leur duo avec la sortie du Silver Album et une grande tournée européenne

Avec la sortie de leur Silver Album le 5 mai, Anne-Sophie Mutter et Lambert Orkis fêteront un anniversaire mémorable : celui de leur duo, l’un des plus solides dans le monde de la musique classique. Il y a vingt-cinq ans, ils donnaient leur première série de concerts ensemble, une tournée aux États-Unis. Depuis lors, leur tandem a prospéré, aussi bien au concert qu’au disque, avec une série remarquable de prestations, de grands projets, et d’enregistrements salués par la critique.

Les deux disques du Silver Album renferment quarante minutes de nouveautés : deux premiers enregistrements mondiaux, La Follia pour violon solo de Krzysztof Penderecki (2013) et la Deuxième Sonate pour violon et piano d’André Previn (2012), ainsi que la Méditation de Thaïs, de Massenet, et la Pièce en forme de habanera de Ravel. On y trouvera également des sonates de Mozart, Beethoven, Brahms et Fauré, couplées avec de célèbres bis comme le Chagrin d’amour de Fritz Kreisler et des Danses hongroises de Brahms.

« Ma rencontre avec Lambert [Orkis] a été un coup de chance, confie Anne-Sophie Mutter. Très vite nous avons constaté que nous respirions et phrasions parfaitement ensemble. Avec Lambert, je peux tout faire. » Ils donnèrent leur premier concert aux États-Unis en décembre 1988. Depuis, ils se produisent ensemble chaque année. Leur entente parfaite et leurs affinités sont manifestes d’un bout à l’autre du Silver Album. On comprend en l’écoutant que le Seattle Times ait parlé d’« un duo d’un niveau artistique rare, même dans les plus hautes sphères du concert ».

Lambert Orkis a des mots simples pour expliquer pourquoi la violoniste et lui-même communiquent si facilement à travers la musique. « Nous nous apprécions, nous aimons être ensemble, et nous aimons la manière de jouer de l’autre. Ce qu’elle fait est si beau. »

Leur conception commune des pièces qu’ils jouent évolue naturellement durant les répétitions et au fil des concerts sans qu’ils aient besoin de discuter de grandes théories d’interprétation. « Nous discutons, bien sûr, mais pas tant que ça d’interprétations. Et jamais nous nous disputons. »

En mai, Anne-Sophie Mutter et Lambert Orkis interprèteront des œuvres du Silver Album au cours de leur tournée du vingt-cinquième anniversaire : onze concerts à travers l’Allemagne, la France et la Suisse. Leur programme, aventureux comme de coutume, comprendra La Follia de Penderecki, la Deuxième Sonate d’André Previn, la Sonate pour violon et piano en mi mineur, K. 304, de Mozart, et la grande Sonate pour violon et piano « à Kreutzer » de Beethoven.

Le duo se produira à la Philharmonie d’Essen (le 11), à la Glocke de Brême (le 13), à la Philharmonie de Berlin (le 14), au Grand Théâtre de Provence (le 15), à la Salle Pleyel (le 17), à la NDR-Funkhaus de Hanovre (le 20), à la Meistersingerhalle de Nuremberg (le 21), au Stadtcasino de Bâle (le 22), au Victoria Hall de Genève (le 23), à la Historische Stadthalle de Wuppertal (le 27) et à la Kurhaus de Wiesbaden (le 29).

Plus tard dans l’année, on pourra également l’entendre au Großes Festspielhaus de Salzbourg (30 août), au Palais de la culture et des congrès de Lucerne (9 septembre) et au Carnegie Hall de New York (11 novembre).


Share