MAHLER Symphony No. 3 / von Otter, Boulez

Share

GUSTAV MAHLER

Symphonie No. 3
Anne Sofie von Otter
Women's Chorus of the
Vienna Singverein
Wiener Sängerknaben
Wiener Philharmoniker
Pierre Boulez
Int. Release 03 Mar. 2003
2 CDs / Download
0289 474 0382 1 2 CDs DDD GH2


Track List

CD 1: Mahler: Symphony No. 3

Gustav Mahler (1860 - 1911)
Symphony No.3 in D minor

Part 1

Part 2

Wiener Philharmoniker, Pierre Boulez

Total Playing Time 59:38

CD 2: Mahler: Symphony No. 3

Gustav Mahler (1860 - 1911)
Symphony No.3 in D minor

Part 2

Anne Sofie von Otter, Wiener Philharmoniker, Pierre Boulez

Anne Sofie von Otter, Wiener Philharmoniker, Pierre Boulez, Women Chorus of Singverein der Gesellschaft der Musikfreunde, Wiener Sängerknaben

Wiener Philharmoniker, Pierre Boulez

Total Playing Time 35:46

It deserves a special place in the sun.

. . . a luminous beautifully played and exquisitely clearheaded performance by Pierre Boulez and the Vienna Philharmonic . . .

Pierre Boulez has long been regarded as one of the great intellects of music, both as a composer and a conductor, with a brilliant grasp of the nuts and bolts of music-making. The surprise here is that he is, in his mature years, something of a sensualist as well. The combination, in this elephantine work, is utterly dazzling.

... weiß der coole Analytiker die Emotionen so zu koordinieren, dass Spannung und Entspannung überzeugend zur Geltung kommen. Die Blechbläser der Wiener brillieren im fein abgetönten, noblen Klang. Alles wirkt trefflich ausbalanciert.

. . . eindrucksvolle Ergebnisse -- Einspielungen von überragender Klarheit in Disposition und Klang . . .

Boulez opère une césure nette entre les trois premiers volets et la seconde partie, celle de l'être humain, où intervient la voix. Dans le triptyque panthéiste, il obtient des Wiener Philharmoniker un jeu mobile à l'extrême, une palette frémissante, d'une rare subtilité, toujours utilisée à des fins expressives.

La direction est fluide, multipliant les coups de projecteurs sur les plans sonores. Le premier mouvement est une remarquable réussite grâce à cet alliage de grandeur et de poésie, associant les climats de marches militaires, une harmonie fruitée et l'agilité diabolique des cordes graves. La mise en scène de ce théâtre de la minutie ne sombre pas dans l'éparpillement grâce à la parfaite tenue de la ligne d'ensemble. Le climat d'innocence des mouvements centraux respire avec des teintes intimistes, des effets de profondeur dans les cuivres et une attention de chaque instant sur les résonances, comme au début du quatrième mouvement. Le beau timbre d'Anne Sofie von Otter s'insère dans cette harmonie au climat plus tragique que naïf. Les réponses des bois et des cors au chant de la mezzo-soprano sont splendides.

Magnifiquement enregistrée de surcroît, cette vision exceptionnelle s'inscrit donc sans mal parmi les références précitées et s'impose comme un nouvel indispensable
témoignage de l'art de Pierre Boulez.