CHOPIN Mazurkas / Benedetti Michelangeli

FRÉDÉRIC CHOPIN

10 Mazurkas
Prélude in C sharp minor
Ballade op. 23
Scherzo op. 31
Arturo Benedetti Michelangeli
Int. Release 15 Jan. 2009
1 CD / Download
0289 477 7563 8
The Originals


Track List

Frédéric Chopin (1810 - 1849)
Mazurka No.45 in G minor Op.67 No.2

Mazurka No.34 in C Op.56 No.2

2.
0:00
1:49

Mazurka No.47 in A minor Op.67 No.4

Mazurka No.49 in A minor Op.68 No.2

4.
0:00
3:09

Mazurka No.48 in C Op.68 No.1

5.
0:00
1:33

Mazurka No.22 in G sharp minor Op.33 No.1

6.
0:00
2:04

Mazurka No.20 In D Flat Op.30 No.3

Mazurka No.19 In B Minor, Op.30 No.2

Mazurka No.25 in B minor Op.33 No.4

9.
0:00
6:19

Mazurka No.51 in F minor Op.68 No.4

10.
0:00
3:51

Prélude No.25 in C sharp minor, Op.45

11.
0:00
4:57

Ballade No.1 In G Minor, Op.23

Scherzo No.2 In B Flat Minor, Op.31

Arturo Benedetti Michelangeli

Total Playing Time 54:12

Une iniation idéale au compositeur, un des plus grands disques Chopin jamais enregistrés. Prélude op. 45 peint en "arc-en-ciel de la gravité", Mazurkas d'une irrépressible mélancolie, sculptées jusqu'à l'obsession, Scherzo no. 2 déchirant en la nudité de son passage central . . .

. . . dix mazurkas, ciselées, polies, lustrées avec un soin fanatique . . . L'Opus 67 no. 2 déploie un cantabile suppliant. Ce style vocal triomphe dans l'Opus 67 no. 4, opéra minute au lyrisme presque déclamatoire. Cette liberté des phrasés marque aussi le paysage de fantaisie que dessine la dernière partie de l'Opus 33 no. 4 . . . Notez l'extrême raffinement d'accords à peine effleurés et vite arpégés . . . Incroyable main gauche, présente-absente, cotonneuse, comme la vie qui s'échappe, et pourtant vibrante. L'ensemble repose sur une large palette dynamique . . . et un legato fabuleux qui privilégie la dimension mélancolique de ces miniatures . . . Le Prélude op. 45 mêle à une main gauche enveloppante une main droite aux reflets changeants. L'arc-en-ciel de modulations continues se double d'une expression profondément méditative. On a entendu Ballade no. 1 plus spontanée, plus naturellement frémissante, plus véhémente . . . quelle noblesse! Et toujours, cette maitrise absolue (la progression dramatique avant le "Presto con fuoco" final). Accords pleins et rayonnants, souplesse des phrasés, pureté du chant, souffle ardent: le Scherzo no. 2 atteint des sommets. Le choral, avec ses timbres de bronze et d'or, se nuance d'une austérité voluptueuse. Voilà un disque d'une beauté unique. Pour l'éternité.