FAGIOLI Rossini

FRANCO FAGIOLI
Rossini

Arias from
Demetrio e Polibio
Matilde di Shabran
Adelaide di Borgogna
Semiramide
Eduardo e Cristina
Tancredi
Franco Fagioli
Armonia Atenea
George Petrou
Int. Release 30 Sep. 2016
1 CD / Download
0289 479 5681 5


Track List

Gioacchino Rossini (1792 - 1868)
Demetrio e Polibio

Act I

Scene 2

Matilde di Shabran

Neapolitan Version

Act II

Scene 9

Franco Fagioli, Armonia Atenea, George Petrou

Franco Fagioli, Petros Magoulas, Costas Siskos, Armonia Atenea, George Petrou

Adelaide di Borgogna

Act II

Scene 16

Armonia Atenea Choir, Armonia Atenea, George Petrou

Adelaide di Borgogna

Act II

Scene 16

Franco Fagioli, Armonia Atenea, George Petrou

Adelaide di Borgogna

Act II

Scene 16

Adelaide di Borgogna

Act II

Scene 16

Franco Fagioli, Armonia Atenea Choir, Armonia Atenea, George Petrou

Tancredi

Act I

Scene 3

Tancredi

Act I

Scene 3

Franco Fagioli, Sergiu Nastasa, Armonia Atenea, George Petrou

Adelaide di Borgogna

Act I

Scene 2

Armonia Atenea Choir, Armonia Atenea, George Petrou

Adelaide di Borgogna

Act I

Scene 2

Franco Fagioli, Armonia Atenea, George Petrou

Adelaide di Borgogna

Act I

Scene 2

Franco Fagioli, Dimitris Vamvas, Armonia Atenea, George Petrou

Semiramide

Act I

Scene 2

Franco Fagioli, Armonia Atenea, George Petrou

Eduardo e Cristina

Act 2

Scene 12

Armonia Atenea Choir, Armonia Atenea, George Petrou

Eduardo e Cristina

Act 2

Scene 12

Franco Fagioli, Armonia Atenea Choir, Armonia Atenea, George Petrou

Eduardo e Cristina

Act 2

Scene 12

Franco Fagioli, Christos Kechris, Armonia Atenea Choir, Armonia Atenea, George Petrou

Total Playing Time 1:15:21

. . . an exciting programme of rare Rossini arias . . . the highlights here are Marilyn Horne party pieces: "Dolci d'amor parole" from "Tancredi" and "Ah, quel giorno ognor rammento" from "Semiramide", in which Fagioli is a plausible impersonator of the great US singer.

. . . a distinctive, plum-coloured voice . . . Fagioli has quite remarkable florid agility . . . Two excerpts showcase Ottone from "Adelaide di Borgogna", the Act 2 cabaletta coming off splendidly. Edoardo's "Ah, perche, perche la morte" from "Matilde di Shabran" is even more virtuoso . . . George Petrou and his Armonia Atenea provide lively support.

With his bel canto training and his brilliant technique Fagioli seems ideal for these Rossini arias . . . generating vocal fireworks and considerable drama . . . highlights include "Ah, perché, perché la morte" from "Matilde di Shabran", exhilaratingly rendered by Fagioli . . . There is the lovely expressive singing from the countertenor and the solo violin passages in "Dolci d'amor parole" . . . and the demanding "Ah, quel giorno" from "Semiramide" is thoroughly captivating . . . remarkable throughout is the purity of Fagioli's projection and the smoothness as he glides through his range . . . [the Armonia Atenea Choir] sound in marvellous form. . . the recording quality is one of the finest I've heard in some time. Vividly clear, with ideal presence and gratifying balance . . . Fagioli is in remarkable voice . . .

Fagioli's technical skill is without doubt and he can fling off the most challenging coloratura with aplomb . . . every time one wishes for some variation in vocal colour he provides it . . . It's an interesting concept, expertly performed by the singer and the Armonia Atenea under George Petrou.

. . . [a] stunning solo recital . . . Fagioli turns more than one stereotype on its head . . . Fagioli also surprises by sounding far less like a man singing countertenor than a rich-voiced mezzo. His voice is exceptionally strong, with round, attractive tones and an amazing facility with showy coloratura. Trills are perfect, and long-breathed runs a marvel. Equally stunning are his gutsy low tones, which sound as though inspired by the strong, sensational-sounding low range of mezzo-soprano Marilyn Horne . . . Emote he does, with great sincerity and careful attention to words . . . [his high notes,] as well as his low tones, are quite stunning . . . Petrou's early instrument sound is exceptionally clear . . . Petrou lingers in the orchestral introduction, savoring every instrumental sonority and effect . . . Those who love the sound of period instruments will eat up some of the delicious instrumental solos on Fagioli's disc . . . Fagioli is an exceptional artist . . . a coloratura powerhouse.

. . . [Fagioli's] voice is of a fascinatingly ambiguous timbre . . . [with] its chesty resonance and with agility to match, and I very soon forgot all about the singer's gender . . . his embellishments are stylish and imaginative . . . Arsace's cavatina from "Semiramide", is capped by a knock-out high B . . . Armonia Atenea under George Petrou makes an excellent showing throughout, especially in several extended introductions featuring virtuoso obbligatos for violin or horn . . . The orchestra's abrasive sounds set off beautifully Fagioli's warm vibrato. The appetite is certainly whetted for further complete Rossini operas starring this exceptional countertenor . . .

Jede Arie ein erotisierendes Feuerwerk oder ein lupenreines Juwel - je nach Stimmung!

Mit seinem Rossini gewidmeten ersten Solo-Album erfüllt [Fagioli]die in ihn gesetzten Erwartungen in fantastischer Weise.

. . . un nouveau album dans lequel le contre-ténor argentin Franco Fagioli entend démonter outre son agilité vocale, ses talents de bel cantiste. Sa rage coloratoure, cette agilité de passage passant du grave à l'aigu . . . un timbre généreux, charnu, et cette furie immédiatement remarquée ont affirmé le talent vocal et dramatique du chanteur. Engagé, vif-argent, c'est à dire, doué d'une agilité dans la caractérisation tragique des personnages, Franco Fagioli aborde dans "Rossini" . . . ["Ah, perché, perché la morte"] prière et lamento pour lesquels Fagioli dit aussi "Monsieur Bartoli" (en raison de sa parenté évidente avec l'art vocal de la mezzo romaine Cecilia Bartoli), offre de superbes graves, ronds et gras, des aigus claironnants et brillants, affichant cette santé vocale et l'ampleur d'une tessiture exceptionnellement étendue, qui assure tous les passages dont nous avons parlé: dans les rôles travestis ici choisis [l'expressivité de la voix se met au diapason des instruments d'époque]; accents, rugosité, intensité. Ce qui frappe chez le phénomène Fagioli, ce sont sa capacité à caractériser un personnage, et son expressivité portée par un organe élastique d'une sureté musicale souvent très juste.

. . . le contre-ténor argentin Franco Fagioli est devenu l'un des tout meilleurs de sa catégorie, voire le meilleur tout court! Son engagement physique et vocal, sa vélocité et sa science de l'ornementation dans les plus difficiles des passages virtuoses, ainsi que la pureté de son timbre font à chaque fois merveille . . . . . . les plus grands airs rossiniens, défendus par les plus grandes chanteuses mezzo ou contralto depuis leur création . . . [les extraits choisis] mettent en valeur ses nombreuses qualités, que ce soit sur les traits d'agilité ou les moments plus élégiaques. L'ensemble Armonia Atenea dirigé par George Petrou le soutient avec attention . . .

. . . [une voix fabuleuse dont la longueur, les couleurs et la puissance] ne cessent de stupéfier . . . ["Pien di contento in se"]: une humeur capricante dont Franco Fagioli épouse chacun des contours avec une facilité déconcertante. Le chant obéit aux soubresauts de l'écriture, la vocalise est déliée, les changements de registre imperceptibles, les variations débordent d'imagination sans que le style ne pâtisse de la richesse de l'ornementation. Tout est en place, tout fait sens, tout s'impose. Ce n'est que le début . . . le contre-ténor ne se contente pas d'embrasser les états d'âme changeants de chaque rôle; il tète amoureusement ces deux mamelles du chant rossinien que sont le canto "spianato" et "fiorito", usant des figures de style voulues selon l'effet recherché -- "messa di voce", trilles, roulades exposées sans ostentation comme un précis de grammaire belcantiste. La complicité entretenue avec George Petrou au fil de leurs collaborations successives . . . n'est pas sans conséquence sur la haute tenue de l'ensemble. Ces deux-là respirent de concert tandis que l'Armonia Atenea insuffle à la musique de Rossini une vigueur baroque réjouissante et que les solistes -- cor, cor anglais, violon -- rivalisent de virtuosité expressive avec le chanteur.

Que doit-on dire du contre-ténor argentin qui n'ait été écrit maintes fois? D'abord, la voix. Elle est longue, homogène, large, d'une plénitude sonore remarquable, projetée avec efficacité c'est peu de dire qu'elle escalade les aigus avec désinvolture et, lorsqu'elle rejoint le registre de baryton dans les phrases les plus graves, le passage se fait sans heurt ni "trous" désagréable a l'oreille. Le timbre est ample, rond, chaleureux suffisamment étrange pour retenir l'attention; quant à la virtuosité, elle est sensationnelle. C'est beaucoup, mais ce n'est pas tout. Dans le cadre très strict des airs rossiniens, Franco Fagioli sait se montrer expressif et l'on sent bien là le résultat de ses années d'études . . . Les récitatifs sont détaillés en donnant aux mots leur juste poids et avec l'urgence voulue -- un exemple? Les interventions d'Ottone dans "Adelaide di Borgogna". La ligne mélodique des airs n'est que souplesse et fluidité, les trilles sont impeccables, les vocalises toujours au service du sentiment et du personnage . . . De bout en bout, George Petrou est un partenaire idéal. Les sonorités affûtées d'Armonia Atenea enrichissent l'impact d'un discours qui équilibre savamment liberté et rigueur, et dont la théâtralité est d'autant plus forte qu'elle se dispense d'effets superflus. Une vision particulière mais fascinante . . . que la conviction des interprètes impose avec fermeté.

Les atouts de Franco Fagioli sont connus, qui le mettent à part de tous les falsettistes actuels: coloris chaleureux, consistance et rondeur du timbre jusque dans l'aigu, aptitude à couvrir avec éclat une vaste tessiture, sensibilité ardente et toujours en alerte . . . l'extrait de "Tancredi" séduit par la générosité onctueuse de l'interprète et l'ardeur équilibrée de sa cabalette . . . Superbement animée par George Petrou, qui cultive l'étrangeté des couleurs "à l'ancienne" de son orchestre quand s'élève la voix spectrale du père, le monologue d'Edoardo à l'acte Il de "Matilde di Shabran" affirme un pathos pénétrant . . . Avec un organe bien moins impérieux, Cencic trouvait pour le coup une qualité de mystère . . . La manière comme au fusain de Fagioli, ses effets de loupe permanents, nous installent aux antipodes du génie de la phrase . . .

  • Franco Fagioli - Rossini (Trailer)

    For his debut album on DG, Franco has recorded an all Rossini album. He has chosen so called "trouser roles" that approach the delightful confusion between voice and gender, particularly in Rossini’s rarely performed serious operas, with many male characters whose substantial roles were written for women and not for castrati. But the castrato voice fascinated Rossini, their "purity and wonderful flexibility; their profoundly penetrating accent".